dimanche 15 janvier 2017

Tout simplement

“A l’usage des humbles, de ceux qui s’aiment, j’écris que la terre est dure, que tout passe, hormis l’amour.”

C’est un bon début, me disais-je.

Dans une anthologie, je découvrais la poésie de Jean Malrieu, sa simplicité, ses mots chargés de sens,

ses alliances improbables ou sublimes,

 ses visions à peine suggérées, que j’avais d’emblée envie de faire miennes …

Ai appris par la suite que l’homme, méconnu, avait été instituteur, engagé un temps au Parti Communiste

et qu’il aimait le terroir, là où il a vécu, mais aussi là où il a voyagé.

J’ai cherché alors un lieu, un coin de terre, non loin de là où j’habite, qui ait quelques ressemblances

avec ces vers de Malrieu.

2013-01-02_Trelaze_011X1.jpg

Trélazé, citée ardoisière du  XVe siècle jusqu’en 2014

Lire la suite...

jeudi 15 décembre 2016

L'art de la pause

Un tableau de Larsson, oui, bien sûr, mais “Esbjörn faisant ses devoirs”, est-ce bien un sujet à aborder en ce temps d’avent ? Les esprits sont plus aux préparatifs de fêtes, à la joie des vacances qui approchent … Et chacun, au fond, vit la hantise de ne pouvoir faire tout ce qu’il désire, par manque de temps, d’argent ou de pêche intérieure. Quand ce ne sont pas d’autres soucis qui s’en mêlent et qui, en cette période festive, prennent plus d’acuité … Pourtant, il y a quelques semaines, j’ai fait une découverte, bien réjouissante à mes yeux, qui m’a fait décider que ce serait cette toile-là le support de la réflexion de décembre de La Libellule.

esbjorn-doing-his-homework_1_.jpg_Large.jpg

Carl Larsson (1853-1919)- “Esbjorn faisant ses devoirs”- aquarelle, 1912

houx.gif
 

Lire la suite...

mardi 15 novembre 2016

L'oie d'or ou le rire de la Princesse

conteur01.png

Le soir au fond des bois, savez-vous quoi ? … L’oie de Louis oit des histoires comme à la foire !* Des histoire à ne croire que si vous êtes nés d’un pépin de poire arrosé d’un peu d’espoir.

Pêches, pommes, poires, voulez-vous une de ces histoires ? Si c’est non, bien le bonsoir, mais si c’est oui, dites :“À toi la bobine de fil d’or, à nous l’histoire !”

Le fil d’or est pour moi ?! Bon, comme c’était il y a peu la Saint Martin, allons-y pour une histoire d’oie …

Il était une fois un homme qui avait trois fils. Le plus jeune avait été surnommé le Bêta, c’était comme ça, et il était la risée de tout le monde. Ses frères le prenaient de haut et se moquaient de lui par devant comme par derrière à chaque fois qu’ils le pouvaient.

Lire la suite...

samedi 15 octobre 2016

Le balayeur du dimanche

… Ou comment élever son regard du trottoir jusqu’au ciel ! Un poème insurectionnel pour un bel automne !

P1060692X1.jpg

Cérémonie du trottoir

Le balayeur du dimanche
est celui qui ne ramasse plus les feuilles

Lire la suite...

jeudi 15 septembre 2016

Le temps qui brûle

Le quinze de septembre, nous y sommes … Déjà !
J’écrivais, il y a deux mois “Donner du temps au temps”
Involontairement, le thème revient avec un titre de René Depestre, plus pressant, en apparence …

Lire la suite...

- page 1 de 30