Tonton était marin-ostréiculteur et possédait une cabane sur le port. Avec des cousines, il m'arrivait de déambuler dans les sentiers sablonneux, à l'arrière, pour chercher des tuiles à installer dans les parcs à huitres. (Afin que les naissains se fixent dessus.)

Je découvrais alors dans ces arrières un univers pittoresque composé de végétation un peu folle, d'encombrement de pneus, de cagettes, de barres métalliques et de tuiles se chevauchant çà et là au pieds de murs en bois aux couleurs étonnantes, joyeuses et criardes. Les cabanes étaient toutes de dimensions réduites, sans étage et alignées à environ deux mètres les unes des autres. Sur les toitures, des tuiles canal, proches des romaines, créaient l'unité dans cet alignement caractéristique. A huit-douze ans, tout cela me paraissait peu esthétique et fortement marqué par les exigences du travail. "Comme le travail est dur, on met de la couleur", m'avait dit ma cousine.

Depuis le début du XXIe siècle, les fantômes de la surproduction rôdant dans le milieu maritime comme ailleurs, l’ostréiculture est contrainte pour survivre de se restructurer et de se moderniser en se pliant aux normes. Et ainsi disparaissent de nombreux travailleurs de la mer et s'estompe le visage pittoresque de nos côtes.

Afin de protéger ce petit patrimoine à l'abandon, plusieurs communes ont choisi d'y installer des artistes : peintres, sculpteurs, céramistes et autres amoureux de la lumière et des parfums de l'île, avec leurs ateliers. Rénovées, les cabanes nous chuchotent que le monde a changé, mais qu'il reste toujours à investir et à aimer dans sa particularité, son originalité liée à son histoire.

"Il vous incombe simplement de prendre le temps de regarder
et, si cela vous convient, d’aimer…"
(Office de tourisme de St Trojan)

2014-02-16_Florent_Maussion_005X2.jpg

"Ile d'Oléron" Florent Maussion
(Ces ardoises des Anciennes écuries, quel écrin pour les tableaux !)

Le peintre n'a pas choisi l'angle pittoresque pour représenter ces cabanes. Il a travaillé dans la sobriété des couleurs et peut-être surtout dans la douceur. Notre regard est attiré par ce coude lumineux où personne ne marche et par ces tuiles de toit qui chantent encore sous un ciel changeant. On devine un peu de fange sur la gauche, mais l'ensemble reflète le calme, la nostalgie, tout en ouvrant un espace à la rêverie.

Pourtant les marins triment encore et, malgré leurs préoccupations et leur fatigue, ils savent comme toujours raconter avec verve leurs aventures en partageant une bouteille au comptoir.

2014-02-16_Florent_Maussion_008X1.jpg

"Gérard" Florent Maussion
Merci à l'artiste pour son aimable permission !
Vous pouvez lire un article sur l'expo ici.

Sur ce, je vous souhaite de bonnes vacances !
Profitez bien de la lumière et des petits chemins.
Et sachez écouter ceux qui racontent de belles histoires !

Merci de votre fidélité !
Rendez-vous en septembre, pour un bol de soupe à partager ...